< ˆ >

Le projet

accueil
projet
matériaux
outils
étapes
événements
liens
bibliographie
faq
crédits

Trois hivers passés à apprendre à ne rien entreposer trop près des murs extérieurs, sous peine d'apparition de condensation galopante, à endurer le rayonnement froid des murs, la buée sur les fenêtres, et à remplir (trop souvent) la cuve de gaz nous ont convaincus d'entreprendre des travaux de rénovation d'un pavillon des années dix-neuf cent trente. En effet, les murs de 20 à 30 centimètres en pierre meulière et en brique creuse n'étaient pas isolés, la plupart des fenêtres étaient en simple vitrage, et la toiture partiellement isolée avec du polystyrène extrudé ayant un peu (trop) vécu. Nous avons donc progressivement confié à la Menuiserie David le remplacement de toutes les fenêtres puis des deux portes d'entrée, et avant de nous lancer dans l'isolation de la toiture (vraisemblablement avec de la ouate de cellulose), nous avons décidé d'isoler les murs.

L'isolation extérieure s'est tout de suite imposée pour ne pas réduire la surface habitable ni interagir avec les conduites du chauffage central, mais aussi pour sa meilleure efficacité thermique et hygrométrique (à condition bien sûr de conserver aux murs leur respirabilité), et surtout parce qu'elle permet au bâtiment de conserver son inertie thermique (utile en hiver et en été). Séduits par le degré de développement du procédé Unger-Diffutherm lors du second salon Salon Bâtir Écologique (fin 2005), nous sommes allés voir Lionel Vacca et Miguel Gregorio de RC Éco dans leurs locaux à Montreuil début 2006. L'éloignement du chantier (nous sommes de l'autre coté de Paris, dans les Yvelines) ne les emballait pas vraiment et une seconde tentative un an plus tard ne s'est pas plus concrétisée.

Entre-temps, nous avons tenté la filière locale, profitant de l'ouverture d'une section « matériaux écologiques pour l'habitat » dans le magasin bio du secteur. Le procédé proposé était similaire, sans toutefois présenter la cohérence du système Unger-Diffutherm. Mais, c'est surtout la frilosité des artisans locaux que nous avons contactés (pas de réponse ou devis prohibitif) qui nous a décidée à franchir le pas : nous poserons l'isolation nous-mêmes !

Bien que non professionnels du bâtiment (nous sommes enseignant en langue étrangère et chercheur en informatique), nous avions déjà une expérience de travaux d'isolation. Sur un autre chantier et par l'intérieur cette fois, avec des panneaux de chanvre et un parement de Fermacell, en s'inspirant de la bible de J.-P. Oliva.


[Valid HTML 4.01!] Vous êtes le énième visiteur depuis le 25 novembre 2007.

URL : http://www.chclem.fr/isolation/
Auteur : François Clément
Dernière modification le samedi 18 avril 2015 à 20:07:39.

Copyright © 2007, 2008, 2009, 2010, 2011 François Clément, tous droits réservés.